Loi Matras, nouveaux gestes pratiqués et accès aux victimes, deux éléments pour améliorer la prise en charge

La loi Matras, parue au mois de novembre dernier, visait notamment à moderniser les services d’incendie et de secours. Le décret du 22 avril 2022 élargit les actes de soins d’urgence relevant de la compétence des sapeurs-pompiers. Il vient s’ajouter au précédent qui traitait, en autres, de l’obligation de donner accès aux parties communes des bâtiments d’habitation collective et ainsi améliorer l’accès aux victimes.









De nouveaux actes réalisés par les sapeurs-pompiers pour améliorer la prise en charge

Le décret du 22 avril 2022 vise à améliorer la prise en charge des victimes en faisant évoluer le panel des gestes autorisés à être pratiquer par les sapeurs-pompiers.

Il organise des pratiques déjà existantes, notamment les gestes à visée de diagnostic. On retrouve notamment la prise de la tension artérielle, la mesure de la saturation en oxygène ou de la glycémie. Mais le décret va plus loin. Il autorise les premiers secours à pratiquer des soins en vue d’améliorer la prise en charge des victimes. Les sapeurs-pompiers pourront notamment pratiquer des électrocardiogrammes des traitements contre l’asthme ou administrer des aérosols ou des médicaments pour le traitement de la douleur. 

Le but de ces nouveaux gestes thérapeutiques, assez basiques, est de permettre un meilleur diagnostique et des soins d’urgence plus efficaces. Le décret vise avant tout une amélioration de la prise en charge des patients dans les premières minutes.









Et si l’amélioration de la prise en charge dépendait aussi des conditions d’accès aux victimes ?

On comprend, par ce texte, la volonté d’améliorer la prise en charge des victimes et notamment de pratiquer les soins appropriés dans les premières minutes de prise en charge. Associé à l’élargissement des gestes pratiqués par les sapeurs-pompiers, la loi Matras prévoit également la facilitation de l’accès aux victimes afin d’arriver le plus rapidement sur le lieu d’intervention.

Dans le texte de novembre 2021, le texte organise également les conditions d’accès des sapeurs-pompiers aux victimes. Il oblige notamment l’ensemble des logements collectifs, publics ou privés à se doter de dispositifs permettant l’accès aux parties communes. (lire l’article : Loi MATRAS : les propriétaires et exploitants d’immeubles d’habitation collectifs concernés) L’article L 272 -1 stipule : « Les propriétaires ou les exploitants d’immeubles à usage d’habitation ou leurs représentants s’assurent que les services de -police et de gendarmerie nationales ainsi que les services d’incendie et de secours sont  en mesure d’accéder aux parties communes de ces immeubles aux fins d’intervention. »









BatiFire, une solution qui permet aux sapeurs-pompiers de gagner des minutes dans l’accès aux victimes

Dans le contexte d’une intervention où chaque minute compte, BatiFire est une solution qui permet de faciliter l’accès aux secours, notamment dans les immeubles d’habitation.  

Via l’application, les sapeurs-pompiers peuvent consulter les données relatives au lieu d’intervention :

  • les conditions d’accès (présence d’un portail, code porte, etc.) ;
  • la configuration des bâtiments (plans de sous-sols, rez-de-chaussée et étages destinés aux sapeurs-pompiers) ;
  • les spécificités des lieux (présence de poteaux d’incendie, etc.) ;
  • les consignes et les personnes à contacter.

Ces informations sont consultables par les sapeurs-pompiers dès l’appel au 18/112. Le Centre des traitements des Alertes peut transmettre les informations (codes d’accès, entrées, …) à l’équipe durant le trajet en direction du lieu d’intervention. Les pompiers peuvent également consulter toutes ces éléments depuis une tablette connectée au service ou en flashant un QR Code fixé à l’entrée du bâtiment.

Ce dispositif est d’ores et déjà utilisé par Bourg-Habitat, l’office public de l’Habitat de la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse.

Il a été mis en place conjointement avec les sapeurs-pompiers de l’Ain et la CCI de l’Ain.









Conclusion

En conclusion, la loi Matras par ses différents décrets modernise et organise le secours à victime. Que ce soit par l’élargissement des gestes pratiqués par les pompiers ou la facilitation de l’accès à la victime, les textes visent à améliorer l’efficacité de la prise en charge des patients.

BatiFire permet aux secours d’améliorer le temps d’intervention et de se rendre plus rapidement auprès de la victime.